La naissance des Biobecs ou comment bien déshydrater ses fruits

Comment les Biobecs ont-ils été créé ? Comment l’idée a germé dans l’esprit de la Green Team ?

Vous savez que Mme Green cultive du safran depuis plusieurs années. Ces petites fleurs violettes au pistil si délicat, sont très recherchées en cuisine, mais elles demandent une attention toute particulière et beaucoup de soins lors de la cueillette. Pour les conserver dans les meilleures conditions, la Green Team a investi dans une machine pour déshydrater efficacement les fragiles pistils de safran : le déshydrateur Excalibur. Voici le témoignage de Mme Green.

Au départ : le déshydrateur Excalibur

Le déshydrateur Excalibur 9 plateaux

Au démarrage,  on avait acheté un Excalibur  pour sécher le safran, et c’est grâce à l’Excalibur que les Biobecs sont nés

C’est une super machine avec plein de possibilités : séchage des herbes aromatiques, des légumes et de tous les fruits en général. On peut même déshydrater de la viande (jerky) et du poisson

La fabrication de cuir de fruits

Très vite, mon attention s’est focalisée sur les cuirs de fruits qui sont des purées de fruits déshydratées (on utilise des feuilles reflex pour les préparations liquides). De là, sont nés les Biobecs, une chouette alternative aux friandises chimiques.

Quelques mois plus tard et aux vues des commandes, nous en avons acheté 2, puis 3 Excalibur supplémentaires. Et c’est en achetant le 4ème qu’on s’est dit que pour les Biobecs, il faudrait peut être un déshydrateur pro, mais ce n’est pas le même investissement.

Un déshydrateur polyvalent et efficace

Beaucoup d’amis qui passent à la maison veulent nous acheter nos Excaliburs mais nous n’arrivons pas à nous en séparer !  😀

C’est un appareil très polyvalent  qui booste la créativité en cuisine cru : crackers en tous genres, pain cru, wrap cru, graines activées, pâte à tartes crues, etc… Sans compter les basiques comme le curcuma, le gingembre, le basilic, les orties… On obtient une poudre de grande qualité grâce au séchage à 42 degrés. Rien à voir avec ce qui est proposé en magasin !!

L’excalibur EN LUI MEME

C’est le précurseur, peut-être moins sophistiqué que certains autres mais il a fait ses preuve : simple d’utilisation, robuste, produit un séchage uniforme. Il est très facile à nettoyer, ses plateaux sont ultra légers et le plastique est garanti sans BPA donc aucun souci !

Sans hésitation, c’est le modèle Excalibur à 9 plateaux que nous recommandons pour faire vos premiers pas en CRUsine ! ça demande un investissement, mais vous ne le regretterez pas, la qualité de votre alimentation crue sera nettement améliorée.

Et pour vous inspirer, nous vous recommandons ces livres de recettes pour manger cru :



Partager avec vos amis

One thought on “La naissance des Biobecs ou comment bien déshydrater ses fruits

  1. Bonjour,
    Bravo pour votre idée de “biobecs” et merci pour les informations trouvées sur votre site :-).

    Actuellement en reconversion professionnelle, je suis en formation à la création d’entreprise et souhaite vendre très localement des gourmandises saines (j’habite une ville médiévale en Bretagne et plus précisément dans le Finistère).

    Vos produits correspondent à nos valeurs communes : produits sains et naturels, mais j’aimerais déshydrater moi-même des produits locaux (afin de contribuer à la réduction des déchets et de l’empreinte écologique ;-).)

    Je n’ai pas de savoir-faire dans le domaine de la déshydratation et des normes sanitaires par exemple : pouvez-vous m’aiguiller sur le sujet SVP ? Existe t’il des formations ? Des législations à connaître ?

    Merci d’avance pour votre aide !

    Pour information, vous recommandez des livres de recettes pour manger cru (au bas de la page dédiée à la naissance des biobecs), mais sauf erreur de ma part : je ne vois pas vos recommandations.

    Je vous souhaite une bonne journée !

    Christine NICOLAS

Comments are closed.